Modern Delhi

Tips, Recommendations, Ideas

QuEst-Ce Que Des BêTa-Bloquants Et Pourquoi ?

QuEst-Ce Que Des BêTa-Bloquants Et Pourquoi ?
Comment ce médicament agit-il? – Les bêtabloquants réduisent la charge de travail imposée au cœur. Ils réduisent ainsi votre fréquence cardiaque (votre pouls) et votre pression artérielle. Si votre cœur est affaibli, certains bêtabloquants peuvent le protéger et l’aider à se renforcer.

Ils sont utilisés pour traiter différentes affections.

Crises cardiaques Angine de poitrine Hypertension artérielle Insuffisance cardiaque Arythmies

Ils protègent le cœur du stress et de toute anomalie des battements du cœur.

Ce qu’il faut savoir sur les bêtabloquants :

Ils diminuent votre fréquence cardiaque. Ils diminuent votre pression artérielle. Si votre cœur a été affaibli, ils peuvent, dans certains cas, le protéger et l’aider à se renforcer.

N’oubliez pas : Si vous prenez un bêtabloquant, consignez votre fréquence cardiaque et votre pression artérielle dans un journal.

Faites le suivi de votre fréquence cardiaque en prenant votre pouls chaque jour. Notez les valeurs de votre pression artérielle chaque fois que vous la mesurez. Votre pression peut être mesurée par votre fournisseur de soins de santé, avec l’appareil automatisé de mesure de la pression artérielle à la pharmacie, ou avec votre moniteur de pression artérielle à domicile.

Quand utiliser les Bêta-bloquant ?

Indications cardiovasculaires – Les bêta-bloquants sont indiqués dans le traitement de l’hypertension artérielle et le traitement des coronaropathies (angor stable, syndromes coronaires aigus). Certains bêta-bloquants (carvédilol, bisoprolol, métoprolol LP, nébivolol) ont une autorisation de mise sur le marché dans le traitement de l’insuffisance cardiaque systolique chronique stable.

Quel est le Bêta-bloquant le plus efficace ?

Mode d’action – Les bêtabloquants se fixent sur les récepteurs bêta de l’adrénaline et la noradrénaline, deux hormones qui entraînent une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, Ce faisant, ils bloquent leurs actions et favorisent ainsi un ralentissement du rythme cardiaque et une baisse de la pression artérielle.

Ils réduisent également la contractilité du myocarde, diminuent la vitesse de conduction de l’influx électrique et font baisser la production de la rénine, une enzyme nécessaire à la production d’une molécule (l’angiotensine 2) qui provoque une élévation de la pression artérielle. On distingue deux types de récepteurs bêta : les récepteurs bêta-1, situés principalement au niveau du muscle cardiaque, et les récepteurs bêta-2, que l’on trouve essentiellement au niveau des muscles lisses, comme ceux de la paroi des vaisseaux sanguins notamment.

Il existe cinq grands types de bêtabloquants, qui ont tous une action différente :

Les bêtabloquants cardiosélectifs, qui bloquent préférentiellement les récepteurs bêta-1 : ils diminuent la fréquence cardiaque et la contractilité du myocarde, et réduisent la consommation d’oxygène par le cœur ; beaucoup ne sont plus utilisés ; Les bêtabloquants non cardiosélectifs, qui bloquent à la fois les récepteurs bêta-1 et bêta-2 : ils ont donc les mêmes effets que les bêtabloquants cardiosélectifs, auxquels s’ajoutent des effets spécifiques comme une vasoconstriction de l’ensemble des vaisseaux de l’organisme, une diminution de la vitesse de conduction auriculo-ventriculaire (entre les oreillettes et les ventricules cardiaques), une diminution de l’excitabilité ventriculaire et une bronchoconstriction ; Les bêtabloquants avec activité alpha-bloquante, qui s’opposent aux effets de l’adrénaline au niveau des artères et des muscles lisses, et induisent une vasodilatation ; Les bêtabloquants avec activité stabilisante : cette classe de bêtabloquants, en empêchant les échanges de sodium et de potassium entre les cellules, diminue l’excitabilité du cœur ; elle est utilisée en prévention ou traitement des troubles du rythme (arythmies) ; Les bêtabloquants avec activité sympathomimétique intrinsèque, qui stimulent partiellement les récepteurs bêta ; les médecins y ont notamment recours chez les patients qui présentent une bradycardie importante (ralentissement du rythme cardiaque).

” Le bêtabloquant que l’on utilise le plus souvent est le Bisoprolol, Relativement neutre, il offre le maniement le plus facile et ses nombreux dosages facilitent sa prescription”, précise le Dr Assyag. Il est indiqué dans l’insuffisance cardiaque, mais également dans le traitement de l’hypertension artérielle.

Pourquoi ne pas arrêter les bêtabloquants ?

Les bêtabloquants sont bien connus des étudiants qui doivent passer un examen ou des conférenciers stressés, car ils régulent le rythme du cœur et gomment les manifestations du stress. Au-delà de cette utilisation anecdotique, ces médicaments sont largement prescrits pour les personnes qui ont eu un infarctus ou qui souffrent de maladies coronariennes.

Selon une large étude parue dans la revue médicale américaine JAMA 1, la prescription de ces médicaments n’apporterait rien. Un constat concernant les patients ayant eu un infarctus, ceux qui souffrent d’une maladie coronarienne reconnue et ceux qui ont un profil à risque. Que faire? Renoncer aux bêtabloquants? Réponse de François Mach, médecin-chef du service de cardiologie des Hôpitaux universitaires de Genève.

L’étude porte sur près de 45000 patients, suivis pendant 44 mois. Est-ce que ces résultats remettent en cause l’utilisation des bêtabloquants? François Mach: Il s’agit d’une étude de suivi d’une cohorte de patients. Elle n’a pas la même portée qu’une étude randomisée en double aveugle, dans laquelle le médicament est comparé à un placebo.

  1. Cette étude comprend aussi certaines limitations, d’ailleurs soulignées par les auteurs.
  2. Néanmoins, le nombre de patients et la longueur du suivi lui donnent un impact certain.
  3. Le corps médical devrait réfléchir à l’utilisation des bêtabloquants après un infarctus, dans les maladies coronariennes et chez les patients à risque de coronaropathies.

Dans d’autres indications, cette classe de médicaments est par ailleurs très efficace. Le traitement actuel des maladies coronariennes, et notamment des infarctus, serait basé sur de «vieilles» études. Qu’est-ce qui a changé depuis? Il y a une quinzaine d’années, le cœur perdait environ 50% de sa fonction après un infarctus.

Aujourd’hui, les interventions, comme déboucher une artère, se font plus vite. Pour autant que le patient arrive promptement à l’hôpital, son cœur sera revascularisé rapidement. Il subira moins, voire pas de dégâts. En conséquence, le patient n’aura pas besoin de bêtabloquants sur le long terme, pour autant qu’il ne souffre pas d’insuffisance cardiaque.

Les bêtabloquants ne sont-ils pas contre-indiqués en cas d’insuffisance cardiaque? On l’a longtemps pensé. Mais il a été démontré depuis une dizaine d’années que les bêtabloquants amélioraient la fonction cardiaque. Et depuis deux ou trois ans, nous préconisons de ne surtout pas arrêter ces médicaments, même lors d’une décompensation cardiaque.

Je dirais donc que, dans ce cas précis, il faut conserver un traitement au long cours. Par contre, il faut cesser de prescrire systématiquement ce médicament sur le long terme après un infarctus ou dans les coronaropathies, comme cela se fait couramment. Dans quels cas les bêtabloquants sont-ils encore indiqués? En cas de persistance de douleurs d’angine de poitrine chez les patients ayant subi un infarctus.

Et dans les troubles du rythme cardiaque, Ces médicaments ont aussi une efficacité prouvée pour le traitement de l’hypertension artérielle ainsi que pour diminuer la fréquence cardiaque. Et, dans un autre domaine, pour le traitement de la migraine. Une étude faite pendant la Coupe du monde de Munich a montré une augmentation des infarctus et des morts subites chez les spectateurs.

Quel Bêta-bloquant contre le stress ?

Un bêtabloquant est un médicament qui prend la place de l’adrénaline sur les récepteurs beta du système sympathique. Il coupe les montées d’angoisse et se nomme propranolol, timolol, labétalol

Qui prend des Bêta-bloquant ?

Quand est-ce que les bêta-bloquants sont efficaces ? – Les principales indications des bêta-bloquants sont la maladie coronarienne et l’hypertension artérielle, On les prescrit parfois en cas d’hyperthyroïdie, de migraines, de tremblements essentiels et ou dans la prévention des hémorragies digestives par rupture de varices œsophagiennes.

Quel est le meilleur Bêta-bloquant naturel ?

L’aubépine (Crataegus) – L’ aubépine est connue pour son effet régulateur sur le rythme cardiaque, mais aussi pour ses propriétés anxiolytiques. Bêtabloquant naturel, c’est un allié de taille pour lutter contre l’hypertension, notamment chez les personnes souffrant de stress quotidien, accompagné de symptômes tels que des palpitations et des tremblements.

Elle permettrait de prévenir certaines maladies cardiovasculaires et pourrait servir de traitement adjuvant contre celles-ci. Cette plante relaxante est souvent utilisée en cas d’hyperactivité, de nervosité ou d’anxiété (des facteurs pouvant causer l’hypertension) et permet de réguler la fonction cardiaque.

Elle se consomme en infusion, à raison d’une cuillère à café par tasse. En curatif, il est possible d’en boire jusqu’à 3 tasses par jour, pendant 3 semaines.

Quand Peut-on arrêter les bêta-bloquants ?

Hémorragie digestive – Il faut arrêter les béta-bloquants non sélectifs dès sa survenue et les reprendre en règle générale au 6e jour.

Quel est le meilleur médicament pour le cœur ?

Les bêtabloquants – En 2016, une vaste étude a été publiée sur l ‘usage des bêtabloquants en cas d’ insuffisance cardiaque, Elle a clairement confirmé l’intérêt de ces médicaments, quel que soit l’âge ou le sexe des patients atteints d’ insuffisance cardiaque,

Ils améliorent la survie, soulagent les symptômes et réduisent les hospitalisations pour insuffisance cardiaque aiguë. Les bêtabloquants prescrits dans l’ insuffisance cardiaque sont le bisoprolol, le carvédilol, le métoprolol et le nébivolol. L’ instauration du traitement par bêtabloquant dans l’ insuffisance cardiaque doit être faite par un cardiologue ou un médecin interniste car elle nécessite une augmentation progressive des doses avec un suivi spécifique.

Quand la dose cible est déterminée, le médecin traitant peut assurer la surveillance et le renouvellement du traitement. Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Juillet 2023 Bêtabloquants

BISOPROLOL CRISTERS BISOPROLOL EG 1,25 mg, 2,5 mg, 3,75 mg, 5 mg et 7,5 mg BISOPROLOL EVOLUGEN BISOPROLOL KRKA BISOPROLOL QUIVER BISOPROLOL REF BISOPROLOL SANDOZ 1,5 mg, 2,5 mg, 3,75 mg et 7,5 mg BISOPROLOL SANDOZ 5 mg et 10 mg BISOPROLOL SUN 1,25 mg et 2,5 mg BISOPROLOL TEVA SANTÉ BISOPROLOL VIATRIS BISOPROLOL ZENTIVA LAB BISOPROLOL ZYDUS FRANCE CARDENSIEL CARVÉDILOL ARROW CARVÉDILOL BIOGARAN CARVÉDILOL EG CARVÉDILOL TEVA CARVÉDILOL VIATRIS KREDEX NEBILOX NÉBIVOLOL ALMUS NÉBIVOLOL ARROW LAB NÉBIVOLOL BIOGARAN NÉBIVOLOL CRISTERS NÉBIVOLOL EG NÉBIVOLOL EVOLUGEN NÉBIVOLOL KRKA NÉBIVOLOL SANDOZ NÉBIVOLOL SUN NÉBIVOLOL TEVA NÉBIVOLOL VIATRIS NÉBIVOLOL ZENTIVA NÉBIVOLOL ZYDUS SELOZOK LP TEMERIT

Légende

Médicament référent Médicament générique

Quel sport sous Bêta-bloquant ?

Les béta- bloquants permettent en effet de diminuer les tremblements au niveau des mains en plus de faire baisser le rythme cardiaque (2). Leur usage a tendance à être un avantage dans les sports nécessitant stabilité et précision. On peut citer comme exemple le tir à l’arc ou le tir à la carabine (3).

Quel est le médicament le plus efficace contre l’hypertension ?

Ressources du sujet L’ hypertension artérielle Hypertension artérielle L’hypertension artérielle est une pression élevée de façon persistante dans les artères. Souvent, aucune autre cause de l’hypertension artérielle n’est identifiée, mais elle résulte parfois. en apprendre davantage est très fréquente. Souvent, l’hypertension artérielle est asymptomatique, mais peut augmenter le risque d’ accident vasculaire cérébral Présentation de l’accident vasculaire cérébral Un accident vasculaire cérébral (AVC) est dû à l’obstruction ou à la rupture d’une artère cérébrale, provoquant la mort d’une partie du tissu cérébral du fait de la perte de son approvisionnement.

  • En apprendre davantage, de crise cardiaque Syndromes coronariens aigus(Crise cardiaque ; infarctus du myocarde ; angor instable) Les syndromes coronariens aigus résultent de l’obstruction soudaine d’une artère coronaire.
  • Cette obstruction provoque un angor instable ou une crise cardiaque (infarctus du myocarde), selon.

en apprendre davantage et d’ insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque (IC) L’insuffisance cardiaque est un trouble dans lequel le cœur est incapable de faire face aux demandes du corps, ce qui entraîne une réduction du flux sanguin, un retour (congestion) de sang dans. en apprendre davantage Par conséquent, il est important de traiter l’hypertension artérielle. Les personnes atteintes d’hypertension artérielle doivent modifier leur mode de vie Modifications du mode de vie L’hypertension artérielle est une pression élevée de façon persistante dans les artères. pour faire baisser leur tension artérielle. Cependant, si ces changements ne diminuent pas suffisamment la tension artérielle, un traitement médicamenteux est nécessaire. Différents types d’antihypertenseurs diminuent la pression artérielle via divers mécanismes, ce qui permet d’envisager de nombreuses stratégies thérapeutiques différentes.

Pour certains patients, les médecins abordent le traitement pharmacologique par étapes : Ils commencent avec un certain type d’antihypertenseur et en ajoutent d’autres si nécessaire. Pour d’autres patients, les médecins préfèrent une approche séquentielle : Ils prescrivent un antihypertenseur et, s’il s’avère inefficace, ils l’abandonnent et en prescrivent un autre d’un autre type.

Si la tension artérielle est de 140/90 mm Hg ou plus, deux médicaments sont généralement commencés simultanément. Les médecins choisissent un antihypertenseur en considérant des facteurs comme

See also:  QuEst-Ce Que La Fonction Replay Et Comment L'Utiliser?

L’âge, le sexe et l’origine ethnique de la personne La gravité de l’hypertension artérielle La présence d’autres troubles, comme le diabète ou des taux élevés de cholestérol sanguin Les effets secondaires potentiels, qui varient de médicament à médicament Le coût des médicaments et des tests nécessaires pour surveiller l’apparition de certains effets secondaires

Une majorité de patients (plus de 74 %) doivent prendre deux ou plusieurs médicaments pour atteindre leur pression artérielle cible. La plupart des patients tolèrent les antihypertenseurs qui leur sont prescrits sans aucun problème. Mais n’importe quel médicament antihypertenseur peut entraîner des effets secondaires.

En cas d’effets secondaires, le patient doit donc les signaler au médecin, qui pourra alors modifier la dose ou remplacer le médicament prescrit. Habituellement, le traitement antihypertenseur doit être pris à vie pour contrôler la pression artérielle. Les alphabloquants ne sont plus prescrits comme traitement principal, car ils ne réduisent pas le risque de décès.

En général, les inhibiteurs du système adrénergique périphérique sont seulement prescrits si un troisième ou quatrième type de médicament est nécessaire pour contrôler la pression artérielle. Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) diminuent la pression artérielle en partie par la dilatation des artérioles. ). Ces médicaments sont particulièrement utiles pour les personnes souffrant de maladie des artères coronaires Présentation de la maladie des artères coronaires (MAC) Dans la maladie des artères coronaires, le flux sanguin vers le muscle cardiaque est partiellement ou complètement obstrué. Le muscle cardiaque a besoin d’un apport constant en sang riche en. en apprendre davantage ou d’ insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque (IC) L’insuffisance cardiaque est un trouble dans lequel le cœur est incapable de faire face aux demandes du corps, ce qui entraîne une réduction du flux sanguin, un retour (congestion) de sang dans. en apprendre davantage, les personnes d’origine ethnique blanche, les personnes jeunes, les personnes ayant des protéines dans l’urine à cause d’une néphropathie chronique Maladie rénale chronique La maladie rénale chronique est une détérioration lente et progressive (qui s’étend sur des mois ou des années) de la capacité des reins à filtrer les déchets métaboliques du sang., et les hommes qui développent un trouble sexuel en tant qu’effet secondaire d’un autre antihypertenseur. Les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA) diminuent la pression artérielle via un mécanisme proche de celui des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine.

Ils bloquent l’action de l’angiotensine II directement en provoquant le rétrécissement des artérioles. Comme leur mécanisme d’action est plus direct, les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II peuvent entraîner moins d’effets secondaires. Les alpha-agonistes à action centrale diminuent la pression artérielle via un mécanisme similaire à celui des inhibiteurs adrénergiques.

En stimulant certains récepteurs dans le tronc cérébral, ces agonistes inhibent les effets du système sympathique du système nerveux. Ces médicaments sont rarement utilisés à l’heure actuelle. Les vasodilatateurs directs dilatent les vaisseaux sanguins via un autre mécanisme. Un diurétique thiazidique ou de type thiazidique (comme la chlorthalidone ou l’indapamide) peut être le premier médicament prescrit pour traiter l’hypertension artérielle. Les diurétiques provoquent un élargissement (dilatation) des vaisseaux sanguins.

Les diurétiques aident également les reins à éliminer le sodium et l’eau, réduisant le volume liquidien dans le corps et réduisant ainsi la pression artérielle. Les diurétiques thiazidiques entraînent l’excrétion de potassium dans l’urine. Par conséquent, les personnes doivent parfois également prendre des suppléments de potassium ou un diurétique qui ne cause pas de perte de potassium ou qui augmente les taux de potassium (diurétique d’épargne potassique).

Les diurétiques d’épargne potassique ne sont généralement pas prescrits seuls car ils ne contrôlent pas la pression artérielle aussi bien que les diurétiques thiazidiques. Toutefois, le diurétique d’épargne potassique spironolactone est parfois administré seul.

Les diurétiques sont particulièrement utiles chez les personnes d’ascendance africaine, les personnes âgées, les personnes souffrant d’obésité et les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque ou de maladie rénale chronique. Les ressources en anglais suivantes pourraient vous être utiles. Veuillez noter que LE MANUEL n’est pas responsable du contenu de cette ressource.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE AFFICHER LA VERSION PROFESSIONNELLE Copyright © 2023 Merck & Co., Inc., Rahway, NJ, États-Unis et ses sociétés affiliées. Tous droits réservés.

Comment arrêter la prise de bêta-bloquants ?

L’arrêt du traitement par les bêta – bloquants doit être réalisé par réduction progressive de la dose, c’est-à-dire idéalement sur une à deux semaines, en commençant en même temps, si nécessaire, le traitement substitutif, pour éviter une aggravation de l’angor.

Est-ce que le Doliprane fait baisser la tension ?

Le paracétamol ferait monter la tension – Publié le : 22/03/2022 Chez les personnes hypertendues, la prise de paracétamol au long cours augmente légèrement, mais significativement, la pression artérielle. Cet effet secondaire justifie un regain de prudence dans sa prescription aux personnes à risque cardiovasculaire.

  1. Le paracétamol (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan, Ixprim, etc.) est l’antidouleur le plus consommé en France.
  2. Des études en population ont déjà observé qu’une prise au long cours était associée à un risque accru d’.
  3. Mais ce genre d’études ne permettait pas de savoir si ce médicament était vraiment en cause ou si d’autres facteurs jouaient.

Aussi, des chercheurs britanniques, financés par la Fondation britannique pour le cœur, ont monté un essai clinique rigoureux (1) pour isoler l’effet propre du paracétamol. Pour cela, ils ont regroupé une centaine de volontaires hypertendus à qui ils ont administré successivement 4 g de paracétamol par jour pendant 2 semaines puis un placebo (la même gélule mais sans substance active dedans) pendant la même durée.

Cela leur a permis de comparer les effets sur la pression artérielle. Résultat : le paracétamol induit une hausse de 5 mm Hg sur la pression systolique (le plus grand chiffre de la tension) et de 1,5 mm Hg sur la pression diastolique (le plus petit chiffre). Cette augmentation n’est pas énorme mais bien réelle.

Même si cela n’est pas montré par cette étude, cette élévation laisse craindre un risque accru de problèmes cardiovasculaires, tels que l’AVC dont l’hypertension est un facteur de risque majeur. Ces résultats ne remettent pas en cause l’intérêt d’une prise ponctuelle de paracétamol, de quelques jours, pour des fièvres, des ou des douleurs aiguës.

Mais ils s’inscrivent dans l’interrogation actuelle au sujet de son efficacité réelle comme traitement systématique et au long cours des douleurs chroniques, dans l’ notamment. Jusque-là, le paracétamol était présenté comme beaucoup plus sûr que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), autres antidouleurs tels que l’ibuprofène ou le kétoprofène.

Ces derniers présentent des risques cardiovasculaires établis de longue date et inscrits dans la notice. En l’état des connaissances, le paracétamol reste plus sûr, mais pas autant qu’on le pensait. Comme tous les médicaments, sa prescription doit donc être soigneusement pesée en mettant en balance les avantages et les inconvénients, en visant la juste dose, particulièrement chez les personnes atteintes d’hypertension et à risque cardiovasculaire.

Quel est le meilleur Anti-stress naturel ?

Bouger ! Une excellente solution anti-stress – Le stress vous envahit et le seul moyen que vous avez trouvé pour le vaincre, c’est de vous caler devant votre téléviseur pour regarder des émissions en boucle, sans même vous y intéresser. Stop ! Il est temps de réagir.

  • Enfilez vos baskets et sortez pourbouger ! Rien de mieux pour chasser vos idées noires et déstresser.
  • Mais pas question ici d’aller faire deux emplettes dans les grandes surfaces ou de traîner devant les vitrines de votre quartier.
  • Non, ici bouger veut dire vous aérer, sentir votre corps s’éveiller et votre esprit s’apaiser.

Alors, dépensez-vous dès que vous le pouvez. Courrez, marchez, pédalez, dansez, sautillez ! Profitez-en pour étirer vos muscles qui doivent être bien engourdis et respirez à pleins poumons pour chasser vos toxines. Ainsi vous allez déclencher la production d’endorphines, véritables hormones du bien-être.

Quel médicament pour stress angoisse ?

Les médicaments : anxiolytiques et antidépresseurs – La prise de médicaments psychotropes peut se révéler indispensable et le médecin déterminera celui qui est le plus adapté. Ils sont en général prescrits en cas d’insuffisance ou d’échec de la thérapie, ou lorsque les troubles sont invalidants, pour passer le cap aigu.

Ils ont une action brève car ils “anesthésient” l’angoisse, mais n’ont aucun effet sur leur cause. Les traitements recommandés comportent les anxiolytiques, qui doivent être pris moins de 12 semaines puis arrêtés en réduisant très progressivement les doses. Les principaux médicaments utilisés sont l’alprazolam (Xanax®), le bromazépam (Lexomil®), l’oxazépam (Seresta®) ou encore le prazépam (Lysanxia®).

Une autre famille de médicament est utilisée : il s’agit de certains antidépresseurs qui ont une action sur l’angoisse, en dehors de leur action antidépressive. Il peut s’agir de l’escitalopram (Séroplex®), de la paroxétine (Deroxat®) ou de la venlafaxine (Effexor®).

  1. La phytothérapie est souvent utilisée par les patients, avec des extraits d’aubépine, de passiflore, de valériane, etc., mais est habituellement insuffisante en cas de troubles anxieux.
  2. Elle est habituellement incompatible avec les médicaments.
  3. En l’absence de traitement, le trouble devient chronique et peut s’aggraver : des attaques de panique (voir ci-dessous) se greffent sur l’anxiété chronique, une dépression peut survenir, une augmentation de la consommation d’anxiolytiques ou d’alcool, de cannabis.

Avec le bon interlocuteur (certains médecins généralistes formés, psychiatre ou psychologue) et une prise en charge adaptée, le trouble anxieux peut s’améliorer et disparaître. Petits conseils de vie pour grands anxieux Une bonne hygiène de vie est vivement recommandée et contribue à diminuer l’angoisse : arrêt de l’alcool et du tabac, réduction de la consommation de café, pratique régulière d’un sport, respect de ses besoins de sommeil.

Quand prendre Bêta-bloquant matin ou soir ?

Le traitement est plus efficace le soir – Publié le : 08/11/2019 Prendre ses médicaments contre l’hypertension artérielle le soir est associé à un moindre risque de complications cardiovasculaires à long terme. Il est presque divisé par deux. Mesurer la pression sanguine à l’aide d’un tensiomètre, voilà un geste couramment exécuté chez le médecin.

Les deux chiffres qui la résument sont fort utiles : ils permettent de repérer une éventuelle hypertension artérielle. Elle se traite à l’aide de médicaments qui la limitent par plusieurs mécanismes, tout en réduisant le risque cardiovasculaire, augmenté pour les 10 millions de personnes atteintes de ce trouble.

En fonction des molécules utilisées, il peut être conseillé de prendre l’antihypertenseur avant ou pendant les repas, toujours au même moment de la journée, mais jamais le soir spécifiquement. Ce serait pourtant un changement bénéfique, à en croire un large essai clinique espagnol (1), mené sur 19 000 personnes hypertendues et traitées.

La moitié a suivi son traitement avec ordre de le prendre intégralement le matin. Les autres ont pris au moins un comprimé le soir. L’objectif de cet essai était de découvrir si ces changements amélioraient la stabilité de la pression artérielle à long terme, voire l’abaissaient. Selon les résultats, une prise du traitement au dîner s’avère plutôt bénéfique.

Par rapport à un rythme matinal, ce geste est associé à une réduction de 45 % du risque d’incident cardiovasculaire (infarctus, insuffisance cardiaque, AVC) ou même de décès.

See also:  Wie Lange Dauert Es Bis Der Beckenboden Wieder Stabil Ist?

Quel médicament pour ralentir le cœur ?

Le traitement médicamenteux des troubles du rythme cardiaque – Un traitement médicamenteux peut être nécessaire. Il est adapté à la nature du trouble du rythme cardiaque diagnostiqué. En cas de fibrillation auriculaire, le traitement a pour but de prévenir la formation de caillots dans le cœur et de ralentir les battements du cœur.

  • En cas de trouble du rythme ventriculaire, le but est de prévenir la récidive de ce trouble, et d’en atténuer le retentissement cardiaque lorsqu’il survient.
  • Les médicaments utilisés pour traiter les troubles du rythme cardiaque sont notamment les bêtabloquants (contre-indiqués en cas de troubles de la conduction), l’ et d’autres,

Les anticoagulants ne sont pas des médicaments spécifiques des troubles du rythme. Ils permettent d’éviter la formation de caillots, éventuellement provoqués par l’arythmie. la prise d’ anticoagulants nécessite une surveillance régulière et ne doivent jamais être interrompus sans avis médical.

dans la majorité des cas, de médicaments antivitamines K (AVK) ; ou plus rarement, de nouveaux médicaments (dabigatran, rivaroxaban, apixaban), réservés à certains cas.

La prescription d’ plaquettaires (médicaments empêchant l’assemblage des plaquettes sanguines entre elles et donc la formation de caillots) à la place des anticoagulants oraux est parfois indiquée.

Pourquoi Bêta-bloquant dans l’insuffisance cardiaque ?

Insuffisance cardiaque : confirmation de l’intérêt des bêtabloquants, quel que soit l’âge ou le sexe Le contexte : 4 bêtabloquants sont aujourd’hui indiqués en France dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite L’insuffisance cardiaque (IC) affecte 1 à 2 % de la population française et est responsable d’environ 150 000 hospitalisations par an.

On distingue l’insuffisance cardiaque systolique (ICS), c’est-à-dire à fraction d’éjection systolique altérée (au-dessous de 40 – 50 %), et celle sans une telle diminution de cette fraction, appelée insuffisance cardiaque à fraction d’éjection conservée. Les bêtabloquants sont recommandés chez les patients avec une IC symptomatique et une fraction d’éjection < 35 à 40 %. Comme le rappellent de la, "les bêtabloquants utilisés dans cette indication améliorent la survie, les symptômes, et réduisent les hospitalisations pour IC". Seuls le, le, le et le sont recommandés pour le traitement des patients présentant une IC stable, légère, modérée ou sévère (FEVG < ou = 35 % pour carvédilol et bisoprolol, FEVG < ou = 40 % pour métoprolol), d'origine ischémique ou non, recevant un traitement par inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC), avec éventuellement un traitement supplémentaire par diurétiques (en cas de rétention hydro-sodée), et en l'absence de contre-indications. Une première méta-analyse suggère de ne pas prescrire de bêtabloquants en cas de fibrillation auriculaire associée à l'IC

En 2014, le Dr Dipak Kotecha et ses collaborateurs ont effectué une, “bêtabloquants vs placebo”, pour traiter l’insuffisance cardiaque. Après avoir analysé les données de 18 254 patients, dont 76 % en et 17 % en, ils ont constaté que chez ces derniers, la mortalité ne baissait pas, Qu’en est-il pour l’ensemble des patients en rythme sinusal ? Les freins constatés sur cette prescription, en particulier chez les personnes âgées et les femmes, sont-ils justifiés ? 13 833 patients présentant une IC et en rythme sinusal, âgés de 40 à 85 ans Après cette première méta-analyse, le Dr Dipak Kotecha et ses collaborateurs ont donc effectué une méta-analyse de 11 études randomisées, contre placebo, en optant pour l’analyse des données individuelles, afin de mieux appréhender les résultats en sous-groupes selon l’état initial. Au total, 13 833 patients âgés de 40 à 85 ans ont été inclus, dont 24 % de femmes. Ces patients présentaient tous une insuffisance cardiaque en rythme sinusal, leur fraction d’éjection ventriculaire était inférieure à 45 % à l’inclusion. La mortalité toutes causes confondues a été étudiée en fonction des caractéristiques du patient, ainsi que la fréquence des hospitalisations directement liées à l’insuffisance cardiaque. La mortalité toutes causes confondues est en baisse chez tous les utilisateurs de bêtabloquants Les auteurs ont constaté que le premier critère d’analyse, la mortalité toutes causes, a été réduite comme attendue : 968 morts sur 7 060 sous bêta-bloquants (13,7 %) contre 1 222 sur 6 773 sous placebo (18 %). Ainsi, pour un suivi médian de 1,3 an, la réduction absolue de la mortalité est de 4,3 %, soit 1 vie épargnée pour 23 patients traités durant cette période. Cela équivaut à une baisse de 30 % du risque relatif de mortalité associée à la prise de bêtabloquants (RR 0,7 ; IC95% = 0,64 à 0,77 ; p<0,001). Quel que soit l'âge, cette réduction de la mortalité se maintient Les auteurs ont constaté que plus les patients étaient âgés, plus ils avaient une tension moyenne élevée, une fréquence cardiaque basse, une réduction de la clairance rénale. Pourtant, la baisse du risque relatif de mortalité se maintient dans les différentes tranches d'âge, avec 34 % pour le groupe des 46-53 ans ; 29 % pour les 58-62 ans ; 35 % pour les 66-70 ans et 27 % pour les 73-78 ans : En revanche, les causes de la mortalité toutes causes varient en fonction de l'âge :

la moitié des décès dans le groupe le plus jeune est classée “subite”, contre 34 % seulement dans le groupe le plus âgé. A l’inverse, les décès directement liés à l’insuffisance cardiaque représentent 16 % seulement des décès des plus jeunes, contre 31 % de ceux des plus âgés.

Une réduction de la mortalité également constatée chez les femmes L’IC est aussi fréquente chez les femmes que chez les hommes, mais avec un meilleur pronostic, bien que la mortalité soit tout de même élevée. Une sous-utilisation des bêtabloquants chez les femmes atteintes a cependant été constatée, probablement en raison de craintes sur la tolérance. Les causes de décès de ces femmes sont similaires à celles des décès des hommes, alors que les caractéristiques de l’IC ne sont, quant à elles, pas identiques selon le sexe (moins d’IC ischémiques chez les femmes jeunes, notamment). Toutefois, il serait nécessaire d’augmenter la représentation féminine au sein des études cliniques (actuellement entre 20 et 25 %) pour confirmer cette baisse de la mortalité.

  • Une réduction absolue de la mortalité non influencée par les caractéristiques initiales Les auteurs ont comparé la mortalité chez les patients également hypertendus, diabétiques, avec une clairance rénale altérée ou encore sous différents traitements de fond.
  • Ils n’ont pas constaté de différence significative : dès lors que ces patients sont en rythme sinusal, la réduction absolue de la mortalité s’est avérée similaire durant le suivi (1,3 an de délai médian).

Moins de décès d’origine cardiovasculaire et moins d’hospitalisations pour décompensation cardiaque En ce qui concerne les critères secondaires, la prescription de bêtabloquants est associée à une réduction de la mortalité cardiovasculaire et du nombre d’hospitalisations pour décompensation cardiaque, par rapport au placebo (p = 0,03). Par contre, pas de diminution du nombre d’infarctus et d’AVC Les auteurs ne notent aucun effet des bêtabloquants sur l’incidence des infarctus myocardiques (fatals ou pas) et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) durant le suivi. En termes de tolérance, pas d’interruptions de traitement supplémentaires sous bêtabloquants En dépit des possibles effets indésirables des bêtabloquants, les auteurs soulignent que les interruptions de traitement sont similaires sous bêtabloquants et sous placebo (14,4 % vs 15,6 %), ce qui constitue un argument supplémentaire pour leur prescription dans cette indication, en particulier chez les patients les plus âgés.

Qu’en est-il de l’utilisation des bêtabloquants dans l’IC sinusale après 85 ans ? Les données manquent pour le grand âge, comme pour de multiples études scientifiques. Cependant, la réduction de la mortalité sous traitement étant linéaire avec l’avancée en âge, Kotecha et coll. considèrent que l’absence de données au-delà de 85 ans dans leur méta-analyse n’est pas une vraie limite à la prescription, car il y a peu de risques que les courbes varient brutalement au-delà de cet âge.

Il n’est en revanche pas envisageable d’extrapoler les résultats obtenus dans les différents groupes d’âges à des patients dont la fraction d’éjection ventriculaire serait supérieure à 45 % (plafond de la méta-analyse). En conclusion Cette méta-analyse confirme que l’usage des bêtabloquants en cas d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection diminuée en association aux traitements conventionnels baisse la mortalité d’environ 4 % et le nombre d’hospitalisations pour décompensation, quels que soient l’âge, le sexe et les caractéristiques initiales.

  1. Seule condition : que le rythme cardiaque soit sinusal,
  2. Pour les auteurs, ces données devraient diminuer la réticence des professionnels de santé à utiliser ces médicaments dans cette indication, en particulier chez les femmes et les personnes âgées.
  3. En savoir plus L’étude objet de cet article Kotecha D, Manzano L, Krum H, et al.

BMJ 2016;353:i1855 L’étude précédente réalisée par les mêmes auteurs, soulignant l’absence d’intérêt en cas de fibrillation auriculaire Kotecha D, Holmes J, Krum H, et al. Beta-Blockers in Heart Failure Collaborative Group. Lancet 2014;384:2235-43. doi:10.1016/S0140-6736(14)61373-8.

Quel est le pouls normal d’une personne de 70 ans ?

Contenu archivé

Fréquence cardiaque au repos moyenne
50 e percentile
60 à 79 ans 65 66
6 à 79 ans 68 68
Hommes

Quelles sont les plantes à éviter en cas d’hypertension ?

Des plantes pour mieux respirer : les plantes à éviter en cas d’hypertension ? Comme je souffre d’hypertension, on me déconseille certaines plantes, lesquelles puis-je prendre pour mieux respirer ? Rédigé le 05/12/2013, mis à jour le 17/04/2015 Les réponses avec le Dr Laurent Chevallier, botaniste : “Pour les inhalations, on peut conseiller l’eucalyptus, la lavande, le bourgeon de pin” “En cas d’, il faut faire attention à la réglisse. On utilise parfois la réglisse dans les infections bronchiques car c’est aussi un anti-inflammatoire.

  1. Mais la réglisse est hypertensif.
  2. La réglisse est à prendre par voie orale, et non en inhalation.
  3. Il faut aussi parfois faire attention à une plante que l’on donne en prévention et notamment l’eleuthérocoque qui stimule un peu les défenses.
  4. En cas d’hypertension artérielle, il faut faire attention à cette plante.

L’eleuthérocoque se prend en gélules.”

En savoir plus Dossier : Questions/réponses : Pour ne manquer aucune info santé, !

See also:  QuEst Ce Que Ou Que?

: Des plantes pour mieux respirer : les plantes à éviter en cas d’hypertension ?

Quelle tisane pour faire baisser la tension artérielle ?

Les plantes à privilégier – « L’hypertension est un déséquilibre hormonal : il y a un déséquilibre de la glande thyroïde et/ou des glandes surrénales », expose la naturopathe. La thyroïde est la glande qui dilate les vaisseaux et la surrénale est celle qui va les contracter : quand les surrénales sont trop sollicitées, la tension monte.

  • Et avec une thyroïde affaiblie, qui normalement élargit les vaisseaux, cela provoque de l’hypertension,
  • « Il est donc bon de réguler ces glandes avec des plantes adaptogènes : des plantes qui permettent de nous adapter à la vie courante et qui travaillent sur l’équilibre de ces glandes », poursuit Carol Panne.

En l’occurence, elles vont permettre la dilatation des vaisseaux. Parmi celles-ci : l’aubépine et l’olivier, L’aubépine (genre Crataegus) © Getty

L’aubépine

L’aubépine est la plante majeure du système circulatoire. Elle permet donc de régulariser le rythme du coeur et d’améliorer son apport en oxygène. Elle peut se prendre sous forme d’extraits de bourgeons, de gélules ou en tisane, selon les effets désirés (la tisane aura un effet plus léger que les gélules et les extraits de bourgeons). L’olivier ( Olea europaea L. subsp. europaea var. europaea )

L’olivier

En infusion, les feuilles d’olivier permettent d’atténuer l’hypertension légère et modérée en induisant une dilatation des vaisseaux périphériques.

Une autre plante qui favorise la dilatation des vaisseaux est le gui,

Carol Panne insiste sur le respect des doses recommandées, Pour cela, référez-vous aux recommandations de votre thérapeute ou aux indications présentes sur le flacon. Les feuilles de corossol (aussi appelé graviola), le tamarin, la fleur d’oranger et le coquelicot peuvent avoir un effet indirect positif sur l’hypertension.

Comment traiter complètement la tension artérielle sans prendre de médicament ?

Manger, bouger Un sport comme la marche rapide, le vélo ou la natation par exemple, permet de réguler la pression artérielle, à l’effort comme au repos, et favorise la perte de poids. Le surpoids et l’obésité constituent en effet un facteur de risque de maladies cardiaques.

Quand prendre Bêta-bloquant matin ou soir ?

Le traitement est plus efficace le soir – Publié le : 08/11/2019 Prendre ses médicaments contre l’hypertension artérielle le soir est associé à un moindre risque de complications cardiovasculaires à long terme. Il est presque divisé par deux. Mesurer la pression sanguine à l’aide d’un tensiomètre, voilà un geste couramment exécuté chez le médecin.

Les deux chiffres qui la résument sont fort utiles : ils permettent de repérer une éventuelle hypertension artérielle. Elle se traite à l’aide de médicaments qui la limitent par plusieurs mécanismes, tout en réduisant le risque cardiovasculaire, augmenté pour les 10 millions de personnes atteintes de ce trouble.

En fonction des molécules utilisées, il peut être conseillé de prendre l’antihypertenseur avant ou pendant les repas, toujours au même moment de la journée, mais jamais le soir spécifiquement. Ce serait pourtant un changement bénéfique, à en croire un large essai clinique espagnol (1), mené sur 19 000 personnes hypertendues et traitées.

La moitié a suivi son traitement avec ordre de le prendre intégralement le matin. Les autres ont pris au moins un comprimé le soir. L’objectif de cet essai était de découvrir si ces changements amélioraient la stabilité de la pression artérielle à long terme, voire l’abaissaient. Selon les résultats, une prise du traitement au dîner s’avère plutôt bénéfique.

Par rapport à un rythme matinal, ce geste est associé à une réduction de 45 % du risque d’incident cardiovasculaire (infarctus, insuffisance cardiaque, AVC) ou même de décès.

Quand Peut-on arrêter les bêta-bloquants ?

Hémorragie digestive – Il faut arrêter les béta-bloquants non sélectifs dès sa survenue et les reprendre en règle générale au 6e jour.

Pourquoi prendre bisoprolol le soir ?

Pourquoi prendre le bisoprolol le soir ? – Le traitement est plus efficace le soir – Publié le : 08/11/2019 Prendre ses médicaments contre l’hypertension artérielle le soir est associé à un moindre risque de complications cardiovasculaires à long terme. Il est presque divisé par deux. Mesurer la pression sanguine à l’aide d’un tensiomètre, voilà un geste couramment exécuté chez le médecin.

  1. Les deux chiffres qui la résument sont fort utiles : ils permettent de repérer une éventuelle hypertension artérielle.
  2. Elle se traite à l’aide de médicaments qui la limitent par plusieurs mécanismes, tout en réduisant le risque cardiovasculaire, augmenté pour les 10 millions de personnes atteintes de ce trouble.

En fonction des molécules utilisées, il peut être conseillé de prendre l’antihypertenseur avant ou pendant les repas, toujours au même moment de la journée, mais jamais le soir spécifiquement. Ce serait pourtant un changement bénéfique, à en croire un large essai clinique espagnol (1), mené sur 19 000 personnes hypertendues et traitées.

  • La moitié a suivi son traitement avec ordre de le prendre intégralement le matin.
  • Les autres ont pris au moins un comprimé le soir.
  • L’objectif de cet essai était de découvrir si ces changements amélioraient la stabilité de la pression artérielle à long terme, voire l’abaissaient.
  • Selon les résultats, une prise du traitement au dîner s’avère plutôt bénéfique.

Par rapport à un rythme matinal, ce geste est associé à une réduction de 45 % du risque d’incident cardiovasculaire (infarctus, insuffisance cardiaque, AVC) ou même de décès.

Quel Bêta-bloquant pour l’hypertension artérielle ?

Conclusions des auteurs: La plupart des ECR portant sur les résultats des bêta-bloquants comme traitement initial de l’hypertension présentent un risque élevé de biais. L’aténolol a été le bêtabloquant le plus utilisé. Les données probantes actuelles suggèrent que le traitement initial de l’hypertension avec des bêta-bloquants conduit à une réduction modeste de maladies cardiovasculaires et n’a que peu ou pas du tout d’effet sur la mortalité.

Ces effets des bêtabloquants sont inférieurs à ceux d’autres médicaments antihypertenseurs. Les recherches futures devront être de bonne qualité et devront étudier s’il existe des différences entre les différents sous-types de bêta-bloquants ou si les bêta-bloquants produisent des effets différents entre les sujets jeunes et plus âgés.

Lire le résumé complet. Contexte: Les bêta-bloquants sont un groupe divers de médicaments présentant différentes propriétés pharmacodynamiques et pharmacocinétiques. Ils ont montré des effets bénéfiques à long terme sur la mortalité et les maladies cardiovasculaires (MCV) lorsqu’il sont utilisés chez des patients atteints d’insuffisance cardiaque ou d’infarctus aigu du myocarde.

  1. On a pensé qu’ils pourraient avoir des effets bénéfiques similaires s’ils étaient utilisés pour le traitement en première intention de l’hypertension.
  2. Toutefois, le bénéfice des bêta-bloquants comme traitement de première ligne de l’hypertension sans indication impérieuse est controversé.
  3. Cette revue est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée initialement en 2007 et mise à jour en 2012.

Objectifs: Évaluer les effets des bêta-bloquants sur les critères d’évaluation de morbidité et de mortalité chez les adultes souffrant d’hypertension. Stratégie de recherche documentaire: Le Spécialiste de l’information du Groupe Cochrane sur l’hypertension a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés, jusqu’à juin 2016 : registre spécialisé du groupe Cochrane sur l’hypertension artérielle, registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2016, numéro 6), MEDLINE (à partir de 1946), Embase (à partir de 1974) et ClinicalTrials.gov.

Nous avons vérifié les références bibliographiques des revues pertinentes et les références bibliographiques des études potentiellement éligibles pour l’inclusion dans cette revue, et consulté également le Système d’enregistrement international des essais cliniques de l’Organisation mondiale de la santé, le 6 juillet 2015.

Critères de sélection: Essais contrôlés randomisés (ECR) d’une durée d’au moins un an, évaluant les effets des bêta-bloquants sur la mortalité et la morbidité par rapport à un placebo ou à d’autres médicaments, comme traitement en première intention de l’hypertension chez l’adulte.

  1. Recueil et analyse des données: Nous avons sélectionné les études et extrait les données en double ; les divergences ont été résolues par le consensus.
  2. Nous avons exprimé les résultats des études sous la forme de risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % et nous avons réalisé des méta-analyses à effets fixes ou aléatoires, selon le cas.

Nous avons également utilisé la méthode GRADE pour évaluer la valeur probante des données. Le système GRADE définit des niveaux de valeur probante « élevée » (si on est certain que l’effet réel est proche de l’estimation de l’effet), « moyenne » (si l’effet réel est probablement proche de l’estimation de l’effet), « faible » (si l’effet réel pourrait être sensiblement différent de l’estimation de l’effet) et « très faible » (si on est très incertain quant à l’estimation de l’effet).

  1. Résultats principaux: Treize ECR remplissaient les critères d’inclusion.
  2. Ils comparaient les bêta-bloquants à un placebo (4 ECR, 23 613 participants), des diurétiques (5 ECR, 18 241 participants), des inhibiteurs calciques (ICC : 4 ECR, 44 825 participants) et des inhibiteurs du système rénine-angiotensine (3 ECR, 10 828 participants).

Ces ECR ont été menés entre les années 1970 et les années 2000 et la plupart d’entre eux avaient un risque de biais élevé, à cause des limitations de la conception et de la conduite de l’étude ainsi que de l’analyse des données. Au total, 40 245 participants ont pris des bêta-bloquants, de l’aténolol dans les trois quarts des cas.

  1. Nous n’avons trouvé aucun résultat d’essais portant sur les bêta-bloquants vasodilatateurs plus récents (par exemple le nebivolol).
  2. Il n’y avait pas de différence dans la mortalité toutes causes confondues entre les bêta-bloquants et un placebo (RR 0,99, IC à 95 % de 0,88 à 1,11), les diurétiques ou les ISRA, mais elle était plus élevée avec les bêta-bloquants qu’avec les inhibiteurs calciques (RR 1,07, IC à 95 % de 1,00 à 1,14).

Les donnés sur la mortalité avaient une valeur de certitude moyenne pour toutes les comparaisons. Le total des MCV était plus bas avec les bêta-bloquants qu’avec un placebo (RR 0,88, IC à 95 % de 0,79 à 0,97 ; données de faible valeur probante), ce qui traduit une diminution des accidents vasculaires cérébraux (RR 0,80, IC à 95 % de 0,66 à 0,96 ; données de faible valeur probante) car il n’y a eu aucune différence pour les cardiopathies coronariennes (RR 0,93, IC à 95 % de 0,81 à 1,07 ; données de valeur probante moyenne).

  • Les effets des bêta-bloquants sur les maladies cardiovasculaires étaient moins bons que ceux des inhibiteurs calciques (RR 1,18, IC à 95 % de 1,08 à 1,29 ; données de valeur probante moyenne) mais pas différents de ceux des diurétiques (valeur probante moyenne) ou des ISRA (valeur probante faible).
  • En outre, il y a eu une augmentation des AVC dans les groupes sous bêta-bloquants par rapport aux inhibiteurs calciques (RR 1,24, IC à 95 % de 1,11 à 1,40 ; données de valeur probante moyenne) et aux ISRA (RR 1,30, IC à 95 % de 1,11 à 1,53 ; données de valeur probante moyenne).

Cependant, il n’y avait que peu ou pas de différence pour les cardiopathies coronariennes entre les bêta-bloquants et les diurétiques (données de faible valeur probante), les inhibiteurs calciques (données de valeur probante moyenne) ou les ISRA (données de faible valeur probante).